Matteo Fraschini Koffi - Giornalista Freelance

attualità

J'ai la peau noire et j'ai peur

Chaque matin j'amène ma fille Sahel âgée de 20 mois à acheter du pain et du lait. Elle s'assoit joyeusement dans la poussette et essaie de boucler sa ceinture. Tsavo, son frère d'un mois, dort paisiblement dans les bras de sa mère. Nous avons tous la nationalité italienne bien que nous soyons d'origine africaine.

Une version de la «famille moderne» de ce pays. Nous avons vécu la dernière année au Togo, en Afrique occidentale. En ce moment, nous passons l'été en Val Camonica, nord-est de l’Italie.

Les boulangers et les bars sont à quelques mètres de la maison. En raison des violents épisodes d'intolérance qui se sont produits récemment à Foggia, ville dans le sud de l’Italie, à l'égard de personnes de notre couleur, je me rends compte cependant que je porte beaucoup plus d'attention à l'approche des voitures. Aujourd'hui je considère la possibilité d'être renversée par un voiture ou frappé avec une pierre lancée d'une fenêtre. Une peur aussi irrationnelle que justifiée.

L'image du visage gonflé et saignant de Kemo Fatty est impressionnante. Le jeune Gambien a été attaqué le 23 juillet dernier. Une pierre lancée d'une voiture de course lui a sérieusement blessé un œil, le faisant tomber de son vélo. Celui de Kemo est le quatrième épisode (rapporté) dans lequel neuf Africains ont été attaqués de la même manière le mois dernier. Je connais les routes où se déroulent ces attaques.

En fait, en 2015, j'ai réalisé pour ce journal une enquête sur les travailleurs étrangers du «ghetto di Rignano», situé dans la campagne entre San Severo et Rignano Garganico, à 15 kilomètres de Foggia. Profitant de la couleur de ma peau, je suis resté deux semaines dans un bidonville fréquenté par des milliers d’Africains. Une des nombreuses réalités qui, au lieu d’être résolues, se répètent exploité par la politique.

Le climat d'intolérance alimenté par ce gouvernement m'a rendu plus paranoïaque. D'après les faits sur Macerata en février 2018, lorsque Luca Traini a tiré sur un groupe d'Africains innocents, en marchant dans la rue je me regardant souvent tout au tour. Un mois plus tard, en fait, près de chez moi, à Florence, un retraité déprimé sans raison avait tué un Sénégalais, Idy Diene. Chaque semaine, je lis des articles sur des Africains insultés, agressés ou discriminés.

"Je voulais me tuer, mais j'ai ensuite tiré sur la première personne que j'ai vue", a assuré le retraité florentin qui a tué Diene. "J'ai tiré mais je voulais frapper un pigeon", a déclaré un homme de la ville de Vicenza après avoir blessé un travailleur au Cap-Vert. "Ce n'était pas un acte raciste, c'était juste une blague", étaient des commentaires sur l'épisode de la ville de Pistoia dans lequel un Gambien avait été frappé par des jeunes avec une pistolet. Des phrases de ce type sont maintenant répétées chaque fois que l'agresseur est découvert. Florence, Cassola, Vicofaro, Macerata, San Calogero, Naples et de nombreux autres villes italiens ont rempli la carte du «Belpaese» de points noirs, comme la couleur de peau de nombreuses victimes, et de rouge, comme du sang versé inutilement. Et lorsque ces actes et d'autres sont dénoncés par ceux qui ne veulent pas se rendre devant l'ignorance, même dans ce cas, il y a un risque d'attaque.

Pendant plusieurs années, ceux qui voulaient attaquer «l'étranger», verbalement ou physiquement, hésitaient pour la désapprobation sociale que cela provoquerait et pour la peur d'être punis. Maintenant, j'ai l'impression que ceux qui attaquent croient avoir le consentement de ceux qui gouvernent et la compréhension de beaucoup. Dans cette «nouvelle Italie», les politiciens sans scrupules prospèrent. Leur langage tend en fait à exalter les instincts humains les plus bas et les plus dangereux. La crainte du citoyen devient proportionnelle au succès électoral obtenu.

J'ai quitté l'Italie il y a quinze ans pour vivre et travailler en tant que journaliste en Afrique. Mais année après année, lorsque je atterr sur le sol italien, une étrange angoisse me fait mal au cœur. Un sentiment qui s'est intensifié avec la naissance du Sahel et Tsavo. Ce n'est certainement pas l'Italie que j'ai appris à aimer et où j'ai grandi. Et malheureusement, aujourd'hui, ce n'est pas le pays où j'aimerais voir mes enfants grandir.

Matteo Fraschini Koffi pour L’ALTERNATIVE (Togo), une version de cet article est apparu sur  « AVVENIRE » le 4 août 2019

 

Stampa Email

19gg

 

leggi

Iscriviti per ricevere gli articoli via email

MFK Matteo Fraschini Koffi

Giornalista Freelance

Biografia | Libro | Blog News | Radio | Video | Foto