Create a Joomla website with Joomla Templates. These Joomla Themes are reviewed and tested for optimal performance. High Quality, Premium Joomla Templates for Your Site
Matteo Fraschini Koffi - Giornalista Freelance

avvenire

Le rêve brisé de mon fils

KPALIME', Togo - Le village de Madjaton est situé dans les collines verdoyantes de Kpalimé, une ville tranquille du sud-ouest du Togo. Un endroit avec une nature luxuriante et un sol fertile. C'est ici que Tamimou Derman a grandi, le migrant décédé dans le froid le 7 février alors qu'il tentait de franchir à pied la frontière entre l'Italie et la France. Sa famille est composée d'un père, d'une mère, de trois frères et d'une soeur. Ils sont tous assis à l'ombre d'un grand arbre en attente de visites et de nouvelles. "Salam aleikum, que la paix soit avec vous", disent-ils avec un sourire à l'arrivée de toutes les personnes qui viennent les voir pour leurs condoléances. L'accueil est chaleureux malgré la triste atmosphère. "C'est un notre relatif qui vit en Libye qui été le premier a nous annoncer la nouvelle", a déclaré Samoudini, le frère aîné de 35 ans. "Au début, nous ne pouvions pas y croire, il nous a envoyé un message vocal deux jours avant son départ pour la France. Puis les voix sont devenues plus insistantes - poursuit Samoudini - et les espoirs ont lentement disparu. Maintenant, notre principal problème est de trouver l’argent nécessaire pour rapatrier le corps." Tamimou est la première victime de l’année parmi ceux qui, comme beaucoup d’autres migrants africains, ont essayé d’atteindre la France d’Italie par les Alpes: le jeune Togolais était parti avec un groupe de vingt autres garçons. Ils espéraient échapper aux policiers qui patrouillaient une zone de plus en plus militarisée. "Nous disons à tous les migrants de ne pas partir pour ces traversées en cette saison", a expliqué Paolo Narcisi, médecin et président de Rainbow for Africa, une organisation à but non lucratif de Turin. C'est un passage trop risqué". Avant de s'aventurer dans la neige et le gel, Tamimou venait de laisser un message à sa famille. "J'ai acheté le billet de train et je partirai demain pour la France - il dit dans un enregistrement audio WhatsApp d'environ une minute -. Priez pour moi et si Dieu voudra nous parlerons du territoire français ». Le père et un ami, l'un à côté de l'autre, éclatèrent en larmes. La mère, assise entre le groupe de femmes, reste immobile aux yeux rouges. La sœur place plutôt sa tête entre ses genoux et émet un léger sanglot. Pendant quelques secondes, nous restons dans un silence profond, interrompu seulement par les voix des enfants du village qui pourchassent des chiens et des poules. L'écoute de la voix de Tamimou ramène la famille au moment quand la nouvelle de sa mort a été annoncée le 8 février. "Nous ne voulions pas qu'il parte pour l'Europe", résume Inoussa Derman, le père, qui tente de retenir ses larmes. "Mais il était déterminé. Il s'est senti responsable des problèmes de santé de ma femme qui - dit-il - souffre toujours d'hypertension et été hospitalisée pour quelque temps. Nous n'avions pas l'argent pour payer un traitement." La mère, Issaka, regarde le sol sans parler. Elle semble sentir le poids d'une responsabilité liée au départ de son fils. Tamimou n'a pas perdu du temps après l'école. Il avait travaillé à Kpalimé en tant que maçon avant de s’installer au Ghana pendant deux ans et de continuer à exercer son métier. Mais c'etit dificile de gagner suffisamment, donc il avait décidé de partir pour l'Europe en 2015. Avec ses économies et un peu d'argent demandé à plusieurs connaissances, il avait atteint la ville nigériane d'Agadez, carrefour important depuis des décennies pour la route migratoire de l'Afrique occidentale et centrale. Après quelques mois, le garçon a contacté sa famille en Libye. "Il nous a dit à quel point c'était dangereux à cause de la fusillade et des arrestations aveugles", a ajouté Moussara, la soeur âgée de 33 ans. Nous lui avons dit plusieurs fois de revenir, mais il ne voulait pas nous écouter." Tamimou a passé au moins 18 mois en Libye dans l'attente de trouver l'argent pour continuer le voyage. "Nous nous sommes souvent sentis meme quand il traversait le 'grand fleuve' pour se rendre en Italie - dit Sadat, un ami d'enfance, en parlant de la mer Méditerranée -. Avec nos anciens camarades de classe, nous avions en fait créé un groupe sur Whatsapp pour rester en contact avec lui". Après plus de 16 mois en Italie, le migrant togolais a déclaré à la famille qu'il était toujours au chômage. "Je n'ai rien trouvé", a-t-il expliqué dans un autre message vocal. En Italie, il faut des documents pour travailler et je ne peux pas les obtenir". La décision de partir pour la France avait été prise avec beaucoup de souffrance. Plusieurs amis avaient assuré le migrant togolais qu'il aurait été beaucoup plus facile de trouver un emploi de l'autre côté de la frontière. Mais de Tamimou, en France, seul le corps est arrivé. Depuis des jours, il est hébergé à la morgue de l'hôpital de Briançon.
La famille est en contact avec un cousin qui vit en Italie depuis plusieurs années et qui suit les pratiques. Les parents et les amis veulent ramener le corps de Tamimou à la chaleur de Madjaton, chez lui, pour l'enterrer selon les coutumes traditionnelles. «Nous lui avons dit de ne pas partir - insiste son père -. Mais la détermination d'un jeune rêveur ne peut être arrêtée. "
 
Matteo Fraschini Koffi pour "AVVENIRE" (www.avvenire.it)  - 19 février 2019

Stampa Email

MFK Matteo Fraschini Koffi

Giornalista Freelance

Biografia | Libro | Blog News | Radio | Video | Foto